Voyage

Sai Island, une île-histoire sur le Nil (et visiter une école)

Pin
Send
Share
Send


Je sais qu’un jour (ou c’est peut-être ce que je veux), Oli lira ces histoires et suivra certaines de mes étapes. Je ne sais pas s'il le fera au Tibet, au Groenland ou au Soudan, mais si vous me lisez au bout d'un moment, faites de ce jour l'un des jours où votre père s'est senti épanoui. Je pense aussi que je me suis trompé dans ma carrière. Combien paieriez-vous maintenant pour quelques heures d'archéologie? C’est un travail très dur, mais la satisfaction qu’une équipe peut ressentir quand elle trouve des endroits comme Sadinga et le temple dédié à la reine Teje, épouse d'Amehotep III ou de l'île de Sai, une congrégation d'histoire de différentes époques dans si peu d'espace, doit être infini, tout en gestation grâce à cette source de vie qu'est le Nil


Cependant, est-ce que je vous dis quelle est l'expérience la plus enrichissante de tout le voyage et d'une vie de voyageur? Pouvoir entrer dans une école soudanaise observer les efforts de certains enseignants dans un village isolé du désert mêlé à l'innocence d'un enfant visité par des étrangers.

Visite dans une école, l'expérience de voyage

À ce stade du voyage, je ne sais pas encore ce que je ressentirai en entrant dans une chambre funéraire des pharaons noirs du royaume de Koush, mais je suis déjà au courant de ce que cela a été. l'expérience qui a le plus touché mon cœur de voyage (et je pense aussi à mes camarades de classe). Je l'ai dit le premier jour et je pense que je vais le répéter jusqu'au dernier, j'étais hanté par les sites archéologiques d'une civilisation oubliée cachée sous le sable du désert et je tomberai amoureux du peuple soudanais. Cela n’enlève rien pour que, comme nous sommes à quelques mètres de là, mettons le réveil à 5h30 pour voir un lever de soleil à Soleb. Ce n'est pas tous les jours que vous êtes dans un tel endroit, vous aurez le temps de dormir.


Nous apportons des timelapses spectaculaires et des vidéos de tous ces jours. J'espère bientôt travailler sur ce voyage car raconter des histoires en vidéo est ce que je souhaite le plus intégrer à l'avenir.



Après le petit déjeuner, Mohamed nous a proposé marcher vers une école à travers la ville. Quelle meilleure façon de voir la réalité d'une ville perdue sur les rives du Nil que celle-ci? Maisons basses en brique cuite avec un mortier et de la paille, élevage de bovins et de chèvres, moyen de transport le plus rudimentaire, celui des petits ânes squelettiques, parfois chevauchés par d'énormes types (les Nubiens ne sont pas une race à dire) ce qui rend la scène un peu ridicule ...




... et beaucoup, beaucoup de solitude, à peine interrompue par l'apparition de vieilles femmes vêtues de vêtements de couleurs vives, chargé de quelques aliments et parlant des langues incompréhensibles même pour le guide lui-même (il existe plus de 100 dialectes au Soudan).



La solitude? Après avoir laissé derrière nous un petit apothicaire fermé (on dit que le médecin passe une journée par semaine ici bien que cela semble à moitié abandonné), on entend un remue-ménage au loin. Ce sont des enfants, des dizaines d’enfants qui quittent ce qui ressemble à une école dans notre direction.




Il n'y a rien de plus innocent et de plus pur qu'un enfant, au Soudan ou en Chine. Je découvre pour la première fois de ma vie l’illusion et la fascination de l’absorption de son environnement avec Oli




C'est précisément à cette école que Mohamed nous a emmenés, une école qui a accepté de nous montrer comment ils éduquent les plus petits.



Dans cette école là-bas environ 150 enfants avec un chef d'études, plusieurs enseignants et même un enseignant (Quelque chose d'impensable dans les pays environnants - cependant, la réalité du Soudan est plus difficile à d'autres égards, mais je vais le laisser pour de futures histoires-). Nous entrons classe par classe et ils nous montrent, dans un anglais parfait (meilleur que le mien), comment ils ont appris à "chanter" différents sujets.




A partir de 7 ans, le plus petit des élèves, la fréquentation est obligatoire. Les plus anciens de ce centre ont 14 ans.



C’est un moment à ne pas oublier, de ceux dans lesquels vous réalisez que la vraie nature d'un peuple, du même être humain, est loin de ses dirigeants et beaucoup plus de l'ivresse à laquelle vous êtes soumis aux médias, souvent d'une manière intéressée.



Les garçons et les filles sont séparés par des pupitres et des zones de la classe, mais ils font tous preuve de discipline avant les demandes de chaque enseignant.




Ils chantent Rire Si les personnes âgées ne perdent pas ce sourire éternel, qu’en est-il des plus petits? Aujourd'hui, cela montre que les enseignants sont plus permissifs et les laissent interagir avec nous et laissent les salles de classe dans la cour.


Ce moment aurait plu à Paula. C'est aussi le Soudan, mais c'était également le cas de la Syrie et de la Palestine, de l'Iran et de la Somalie. Que personne ne nous aveugle! Derrière les dirigeants et les pays, il y a un cœur immense d'enfants et de personnes qui, sans avoir besoin d'un iPhone, survivent à l'époque où ils ont dû vivre.

Sadinga (ou Sedeinga), temple dela reine tisse et nécropole

Nous laissons l’école derrière nous, presque plus sous la pression de Mohamed que par le désir. Aujourd'hui, nous resterons à Soleb, mais nous conduirons un peu plus au nord, entre la troisième et la deuxième cascade, la plus proche de la frontière égyptienne où nous participerons à ce voyage. L’itinéraire du jour tourne autour de deux sites proches de l’endroit où nous avons passé la nuit, Sadinga et l’île de Sai, bien que pour nous déplacer vers ce dernier, nous fassions un petit voyage le long du Nil.


Sadinga (ou Sedeinga) est plus important pour ce qu'il cache que pour ce que vous voyezen commençant par lui Temple dédié à la reine Teje ou Tiye et extension de la Soleb temple de son mari le pharaon égyptien Amenhotep III Nous avons visité hier. En réalité, il ne reste qu'une colonne et il est temps de faire preuve de beaucoup d'imagination.




Plus impressionnantes sont les informations sur sa nécropole, découvertes entre 2009 et 2012, surprenantes par leur quantité dans si peu d'espace. On dit qu'il y a environ 80 petites pyramides avec des milliers de chambres funéraires datant de l'époque du royaume méroïtique Kush


Et non seulement cela, la découverte cache des tombes d'enfants, quelque chose qui accable et aucune explication n'a été trouvée depuis que nous sommes dans un endroit dédié aux femmes de haut rang

LOS ENIGMAS DE NUBIA (VOL5): L'écriture méroïtique, un alphabet non chiffré du XXIe siècle

Une des grandes énigmes de S.XXI est encore déchiffrer l'alphabet méroïtique qui a donné naissance à une langue actuellement morte dans le royaume de Kush et cela n'a aucune analogie avec l'ancien Nubien ou l'Egyptien. C'est-à-dire qu'en 2018, seuls quelques noms et mots simples ont été traduits, considérant que cette langue écrite la plus ancienne de l'Afrique subsaharienne est un mystère à résoudre.

C’est précisément à cet endroit, à Sadinga (ou Sedeinga) où, il y a quelques mois, En avril 2018, des archéologues travaillant dans la nécropole ont annoncé la découverte du plus grand nombre d'inscriptions funéraires et de la plus grande collection de textes jamais découverts écrits en méroïtique., ainsi qu’un linteau de chapelle avec une représentation de la déesse égyptienne Maat avec des traits africains et d’autres pièces. Allons-nous jamais comprendre ce qu'ils ont dit

Nous n'arrêtons pas beaucoup puisque nous avons fait quelque chose en retard et nous devons encore arrêter d'acheter quelque chose pour la nourriture que Sharaf va nous faire sur la route. Pour ce faire, nous nous arrêtons un peu plus tard dans une épicerie, près d'une maison qui attire l'attention au-delà de sa porte.




Ces jours-ci, il a parlé des problèmes d'approvisionnement en produits de première nécessité, y compris le pain, ainsi que l'essence, auxquels le Soudan est soumis à l'embargo. À Khartoum, c'était moins explicite, mais il suffit d'entrer dans ce supermarché pour se rendre compte qu'il ne reste presque plus rien.




Bien sûr, à un thé / café et à une tentative de conversation (ici plus difficile par le dialecte), vous êtes toujours invités

Pris dans le sable, esprit d'expédition

Plus ou moins une blague, Nous avons appelé ce voyage "Expedition Pobes" en l'honneur de son incitant et cet esprit d'aventure et d'improvisation que nous aurons à chacune des étapes.. Cependant, nous sommes conscients qu’il n’ya pas d’explorateurs en plein S.XXI et que nous y faisons référence, c’est davantage pour les conditions de la route et ce facteur d’incertitude que pour l’exploration elle-même. Et c'est vrai et en Afrique, on circule davantage dans le désert.



Aujourd'hui, tout nous est arrivé, à tel point que nous nous sommes échoués dans le sable avec l'une des voitures et cela nous a pris 40 minutes pour le sortir (et ça n'allait pas être la première fois de la journée). Nous avons également crevé mais je vous le dirai plus tard. Et le meilleur ... J'aime aller avec ce groupe qui transmet une énergie positive en abondance! C’est comme si c’était la dose nécessaire qui manquait au voyage




J'ai peu parlé d'Isi et de Patri, pour le moment, lors de ce voyage, même si j'en ai fait beaucoup au Botswana. Je pense connaître peu de gens qui ont voyagé plus qu'eux à travers le monde, mais ce qui me surprend encore de les connaître (ils nous ont visités récemment à La Corogne et ont rencontré Oli), c'est l'illusion et la vitalité qu'ils transmettent, toujours optimistes. C'est bien de voyager avec des gens comme ça ... et comment pourrait-il en être autrement Nous réalisons ce que nous avons entrepris de faire!



Voiture hors de contrôle! Il est temps de continuer notre chemin

Sai, promenade dans l'histoire de la Nubie sur une île du Nil

Le soleil de l'Afrique a quelque chose de spécial. Je le souligne habituellement lors de voyages dans la nature, mais au Soudan, les sensations sont similaires. Un lever ou un coucher de soleil est déjà un trésor en soi, nous serions entourés d'animaux sauvages, de tribus ou de pierres qui racontent des histoires. Si nous ajoutons ce grand géant qu'est le Nil et quelques palmiers, on resterait assis pendant des heures pour en profiter.


Nous avons atteint l'endroit où une sorte de péniche nous attend (tard mais nous sommes arrivés).



Pour aller à l'île de Sai nous avons environ 4 minutes en traversant le Nil, entre la deuxième et la troisième chute et que nous jouissons à l'aise après les efforts pour sortir la voiture du sable (même "certains", nous oublions la crème solaire, haha)




Et quoi de si spécial? L’île de Sai est une école en soi, c’est une promenade dans l’histoire de la Nubie réduite à 50 km2 de long pour trouver des preuves du néolithique, du premier royaume unifié de Kerma, du nouveau royaume d'Égypte (même des moulins de production d'or antique - la Nubie a toujours été considérée comme la source d'or d'Égypte -), du royaume de Napata, du Méroïque, des vestiges chrétiens médiévaux et même ottomans de son époque islamique.




Nous débarquons à ... eh bien, disons que nous débarquons où nous pouvons. La rivière et ses les plaines inondables fournissent une oasis de périmètre à l'intérieur du désert à l'intérieur de l'île



Mais qu'est-ce que c'est? !! À côté de ce qui semble être un futur musée, actuellement en construction, il y a un champ de "trésors" laissés à l'air libre des siècles. Des milliers et des milliers de pièces de musée, de vaisseaux et d'autres artefacts, brisés devant nous




Sai a été occupé par intermittence par les Égyptiens pendant le Nouvel Empire. Des fouilles archéologiques ont été effectuées dans les années 50 à la fois dans la ville et dans les banlieues et la portée de l'occupation n'a pas encore été comprise. En fait, toujours nous pouvons voir un archéologue travaillant à cette heure de la journée. Quel mérite!



Mais l'origine des premières colonies va beaucoup plus loin puisqu'il est dit que des restes humains datant de plus de cent mille ans (oui, 100 000 ans) ont été retrouvés. On pense donc que l'île a été habitée pour toujours.



Bien que vous deviez mettre beaucoup d'imagination, la forteresse qui domine le Nil a été construite sur le site d'une ville de la période pharaonique, on pense que par Ahmose (1580 av. J.-C.) ou à l'époque d'Aménophis II (1 450-1425 av. J.-C.) et possède un temple datant du règne de Thoutmose III.




Le La nécropole à l'extérieur du temple trouve ses origines dans la période Kerma (Dont nous en saurons plus ces jours-ci, un autre grand oublié), avec des tertres funéraires atteignant 40 mètres de diamètre, se poursuivant aux époques pharaonique, napatéenne, méroïtique et post-métique.



La chaleur frappe beaucoup et il est temps de retourner à la péniche pour, maintenant oui, suivre la rivière jusqu'à notre point d'origine.

COMBINAISON DU SOUDAN AVEC L'EGYPTE EST POSSIBLE:

Nous sommes à seulement 120 km de la frontière avec l’Égypte et les Espagnols peuvent obtenir un visa. Qu'est-ce que ça veut dire? Qu'il est possible de combiner le Soudan et l'Egypte en passant par Abu Simbel. Pourquoi pas un itinéraire de 21 jours?

À propos, même si nous n’avions pas refusé un bon bain, nous devons nous rappeler que nous sommes en Afrique et que c’est le Nil. Cela se traduit par le fait qu’ici vit un animal qui a été vénéré et même momifié dans l’Égypte ancienne, le terrifiant Crocodiles du Nil



Jetons-nous ensuite le bain? C’est le bon moment pour profiter d’une des plus agréables balades en bateau que l’on puisse faire "loin de Paris", à droite m. Pobes?



40 minutes plus tard, Sharaf a la table et la nourriture prêtes dans un endroit qui ne changerait pas pour le moment, pour rien au monde. Sous une palmeraie, sur les rives du Nil et au loin avec une dune de sable, nous profitons de l'un de ces pique-niques dont je me souviendrai toute ma vie. quand ils me demandent "Le meilleur pique-nique que vous ayez jamais fait en voyage?"


La "lanterne rouge" c'est moi, au cas où quelqu'un aurait des doutes

La dune du Sahara soudanais ... et une piqûre quand on cherche de l'or

Disons qu'Ameer n'est pas le meilleur pilote du monde. Hawari et Hani évoluent avec douceur et vitesse dans le désert avec le 4x4, mais Ameer est déjà la deuxième fois du jour qui laisse la roue bloquée. En regardant le côté positif, je pense que c’est le destin qui a voulu que cela se reproduise, mais il est très possible que nous n’aurions pas pu profiter de cette dune d'or du Sahara soudanais qui a été un autre momentazo de la journée




Ce n'est pas une dune très haute, mais elle a des couches lisses et uniformes qui se déplacent avec le vent qui s'est levé à cette heure de l'après-midi et laisse une belle image. Sommes-nous prêts Ameer? Mohamed veut atteindre un site spécial qui n'est pas généralement visité et passer par la route à travers une zone d'extraction d'or ...


Piquer! Les routes soudanaises exigent beaucoup de patience. Quoi d'autre peut nous arriver aujourd'hui?



Nous sommes dans une région où depuis des temps immémoriaux il a fallu or Aux voisins du nord. En fait, les Égyptiens considéraient la Nubie comme leur principal fournisseur de ce matériau précieux. Aujourd'hui, l'accès aux visiteurs est interdit et il existe même de petites dunes de terre excavée qui empêchent de bien voir les gisements ...



... mais là où il n'y a rien du tout, il y a un groupe d'enfants qui cherchent probablement leur "coup de chance". Qui sait?

Kosheti, un temple à l'intérieur de la montagne

Être coincé dans le sable pour la deuxième fois et une piqûre importatrice ont empêché le coucher du soleil à un autre endroit magique de la journée (combien y en a-t-il déjà?). Kosheti est, avec Soleb et Sadinga, les grands vestiges laissés par Dynasty 18 comme héritage de cette partie de l'actuel Soudan.



Comme l'explique Mohamed, on pense que ce temple situé à l'intérieur de la montagne était une zone de approvisionnement en nourriture pour les pharaons



Quoi qu’il en soit, après un autre court séjour dans notre maison nubienne, la seule réserve que nous connaissons à l’heure actuelle est celle de nos estomacs. Mais quelle bonne cuisine notre Sharaf! Yummmmm


Je dors dans ma moustiquaire (nous la mettons tous les jours "au cas où" mais nous n'avons pas vu le premier animal au-delà d'un doryphore) en train de méditer, ces jours-ci entre routes de poussière et villages de nuages, à le degré d'isolement de l'endroit où je suis mais aussi quelle chance je suis. Il est possible qu'aujourd'hui, avec l'adrénaline de sortir des voitures du sable, le pneu crevé, la péniche remontant le Nil, ce pique-nique entre palmiers et en l'absence absolue de tourisme de masse, c'est ce que j'ai toujours recherché. L'île de Sai, Sadinga et surtout, cette visite à l'école fait déjà partie de l'un de mes jours préférés parmi tous mes voyages ... Et il y a encore beaucoup de choses à "ramer" sur le Nil, n'est-ce pas?


Isaac (avec l'expédition Pobes), de Soleb (Soudan)

FRAIS DU JOUR: 0 SDG

Pin
Send
Share
Send