Voyage

Que visiter à Paracas

Vkontakte
Pinterest




Taxiiiiii !!! Taxiiiii !!!! !!! Taxiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!! Chatte! Tais-toi dame. Ni que je donnais naissance! Au 5ème étage, 2h10 du matin, et c’est la seule chose que nous puissions entendre. Heureusement, nous avions réglé le réveil à 2:15, puisque nous nous sommes dirigés vers le sud, destination Paracas.

Une grande partie de l'aventure que nous ferons dans certains autobus très préparés appelé Cruz del Sur, qui sont équipés pour le voyageur, avec une multitude d'installations (grandes places au 1er étage - le deuxième est un bus plus traditionnel et la différence de coût n'est pas si importante), internet wifi, service de collation, wc, climatisation et / ou chauffage , vidéo ou musique, etc ...).

Nous arrivons à la gare, prenons la carte d'embarquement et après 10 ou 15 minutes d'attente, "padentro". Une des "hôtesses" nous filme avec une caméra. ! Quel mauvais royo, non? !




Le voyage, toujours de nuit, devient très supportable (Eau minérale, 2,50 PEN). Nous prenons une autre grosse tête jusqu'à ce que le soleil commence à se lever. La véritable côte péruvienne commence déjà à être vue à travers la fenêtre. Un paysage aride et désertique, très très pauvre. Et, le district dans lequel nous entrons est un ensemble de déserts de nature différente, des plus arides de Nazca aux plus belles dunes de sable du Huacachinero. Lima elle-même que nous avons vu hier JOUR 2 du voyage Survivre dans le désert.

Notre premier arrêt est au Gare de Paracas, dont le sens est "pluie de sable", vers 7h30. Le séisme / tsunami de 2007 de 7,9 a dévasté la station précédente et une grande partie de la côte dans cette région. Ils ont donc mis en place une station très "rustique et simple" juste à l'extérieur. De là, nous allons au port car nous ne voulions pas rater l'occasion de visiter les îles Ballestas, une réserve naturelle unique (... dans laquelle il ne débarque pas ...).



Ici, nous allons attraper un bateau à glissière, mais nous avons d’abord le privilège de pouvoir assister à un spectacle de pêche improvisé Pélicans Péruviens, un des plus vieux oiseaux qui existent, ils nous en donnent. Cet animal curieux se nourrit de poisson, puisque la nature l'a doté d'un bec particulier, comme s'il s'agissait d'un filet de chasse.




Le bateau coulissant Ce qui nous emmène est toujours un bateau à moteur équipé de lieux qui permettent des excursions de 8h30 à ce lieu naturel. Conseil: si vous ne souhaitez pas être mouillé, prenez la zone située devant, où les explications sont mieux entendue, en plus du côté gauche si vous souhaitez voir le candélabre dans la meilleure position possible sur le chemin.


Nous avons commencé à prendre de la vitesse. Dix minutes plus tard, nous arrivons à un chiffre très similaire à ceux que nous imaginons que nous verrons dans les lignes de Nazca, formées de rainures sur un terrain aride. C'est une sorte de cactus, officiellement appelé Chandelier, qui semble rester intact dans le temps en raison de sa position privilégiée contre le vent. Comme il ne pleut pas ici (comme à Lima), il n’a pas été endommagé par l’eau. La vérité est qu’elle est impressionnante, mais ses origines continuent de garder d’énormes mystères (il est dit qu’ils pourraient être extraterrestres, jusqu’à ce que des signes de pirates des trésors, tels que des symboles incas indiquant la position de Cuzco, soient visibles. JOUR 13 VOYAGE)



Nous revenons à la vitesse pour 15 minutes supplémentaires et commençons à voir ce que sera une nouvelle expérience: Îles Ballestas


Le spectacle est maintenant incroyable pour tout amoureux de la nature. Des milliers et des milliers d'oiseaux vivent sur des îlots rocheux aux falaises incroyables, aux silhouettes sillonnées par l'érosion, aux arcs formés par la nature au fil des siècles et à une multitude d'espèces fauniques. Nous retrouvons des familles de Loups marins (que nous avons déjà vu à Punta del Este, Cabo Polonio ou en Antarctique pendant la VOYAGE À ANTARTIDE 2009), toujours aussi paresseux.




Oiseaux de Guananeras comme le guanay, le fou et la vrille habitent ces falaises par milliers, presque sans laisser de trous entre les rochers. Vous pouvez également voir des cormorans, des mouettes et d'autres espèces que nous n'identifions pas, survolant nos têtes par groupes. L'odeur est également forte et le Pérou profite également du guano pour l'exporter vers d'autres pays, outre les algues, comme engrais.


Nous continuons à observer d’immenses cavernes et de belles formations rocheuses. Mais ... ce ne sont pas des oiseaux. Qu'est-ce qui ressemble entre ces rochers? !!!! PENGUINS !!! Incroyable !! De plus, on peut voir des manchots péruviens, également appelés Manchots de Humboldt, qui semble être en danger d'extinction. Ils ne sont pas très grands, pas plus grands que 70 cm, et ont un dos noir et une poitrine blanche, ressemblant quelque peu aux "clowns" que nous avons vus dans le VOYAGE À ANTARTIDE 2009. Certains glissent entre les rochers. Ils restent un animal sympathique. Et comment est-il arrivé ici? Il semble que cette péninsule concentre les eaux froides de l'Antarctique des courants de Humboldt, et malgré la chaleur extérieure, les manchots se sont très bien adaptés.



Nous finissons la visite en voyant plus d'usines de Guano (elles se vendent 8-10 $ / kg) et nous retournons à la jetée. Paula, peux-tu tenir mes lunettes de soleil pendant que je me penche pour poser l'appareil photo? CHOFFFFFFFFF !!! Le coup d'eau qui aurait dû tomber sur Isaac, accroupi maintenant, met Paula à l'eau, hahaha. MORALEJA: Ne tiens pas les choses pour ton petit ami, alors que le bateau prend de la vitesse, cette vie est recherchée! hahaha



Nous sommes de retour à l'embarcadère vers 10h00 et ne perdons pas beaucoup de temps pour attraper le South Cross jusqu'à Ica qui passe à 10h30. 1 h et 15 min et nous sommes arrivés. Avant de nous rendre à notre hébergement, dans un autre lieu privilégié, nous souhaitons connaître un petit Ica, célèbre pour son Pisco, qui met le pied vers Cave à vin où, bien que très détériorés, les processus de pressage, fermentation et extraction à l'alcool peuvent être observés.




Là on peut aussi faire une sorte de dégustation des différents usages du pisco. Nous avons essayé le pisco sour, une sorte de cocktail de pisco fort avec du blanc d’oeuf et d’autres spiritueux. Nous avons également essayé le bareback pisco, un brandy très fort. Pour le distinguer, ils nous donnent un vin rosé qui reste un vin doux. Enfin, nous avons testé la liqueur Pisco, un mélange de pisco et de figues, qui donne un goût (et même esthétiquement) très similaire à celui de Baylis.


Nous ne parlerons pas beaucoup d'Ica. Après les tremblements de terre de 2007, l’impression qui nous reste est très très triste. Maisons démolies dans toute la ville, même le cathédrale Fermé à cause de fissures. Vous pouvez voir une multitude de "moto-taxis" importés d'Inde qui ont remplacé les bus en raison de la faillite de ces entreprises après le séisme. Wow




!!! Buffff !! !! Quelle chaleur !! Mais la chaleur la chaleur. Une des visites qui nous a le plus émue le jour arrive ... MUSÉE RÉGIONAL DE L'ICA (4 PEN droit à des photos). Nous ne sommes pas vraiment des musées, mais ici nous avons pu observer (après avoir connu les héritages de la culture de Lima hier) de nombreux vestiges de la Culture de Paracas, avec des objets parfaitement conservés, de la céramique aux armes en passant par les ponchos de toutes sortes. Cette culture était fondamentalement divisée en deux étapes, les cavernes de Paracas de 700 à 200 ans avant JC, où vous pouvez déjà voir le culte du dieu soleil, avec des objets qui attirent deux grands yeux et un sourire, pour vous déplacer dans les cavernes de Paracas, entre 200 avant JC dans les premières années de notre ère où ils développèrent un système particulier de momification en position fœtale afin de se préparer à la prochaine vie ...

!!! MOMIAS !!! Ohhhhhhhhhhhggg !! Il y a une chambre juste pour eux. Et souvent en excellent état. Vous pouvez également voir comment ils ont "adultéré" leur crâne avec des "poids" et des "pressions" pour se distinguer des autres races ou même pour distinguer les classes sociales. !! Quelle horreur !! Il y a des momies d'enfants, d'adultes et même le "Bob Marley iqueño", haha. Vraiment effrayant.




Nous avons été élevés très tôt et Ica, la ville du soleil éternel (comme le proclament leurs affiches) ne donne pas grand chose de plus, nous avons donc mis le cap sur la Hôtel Huacachinero (ARTICLE DANS CHAVETAS AVEC TOUS LES DÉTAILS ICI)en entier Lagon de Huacachina, où nous logerons aujourd’hui, même si sa chambre est très simple, elle possède une piscine et des installations avec de la végétation et des dunes à l’arrière-plan, qui vous invitent à manger tranquillement (57,50 SOLES) avant de piquer une tête, avec la chaleur il y a, nous avons beaucoup envie.




Le Lagon de Huacachina Il y a eu de meilleurs moments, bien que ce soit toujours une véritable oasis naturelle au milieu du sable blanc d'un désert très particulier. Il a été créé à cause de l'affleurement de lagons souterrains et possède toutes sortes de végétation, avec des eucalyptus, des palmiers et sert même de repos aux oiseaux migrateurs qui traversent la région. Aujourd'hui, il y a même des gens qui se baignent ou qui partent en bateau. Autour, il y a plein de stands à acheter (rappelez-vous 7 PEN) ou de restaurants à manger.



Mais être à côté d'un désert si particulier, comme nous l’avons déjà dit, c’est quelque chose que vous n’avez pas tous les jours, nous avons donc engagé (120 PEN les deux) le seul moyen d’accéder au plus profond de la Buggies, qui, même si c’est toujours une attraction touristique, c’est une montée d’adrénaline.



A pleine vitesse, nous entrons dans le désert, en tombant à travers des dunes verticales ou en escaladant d'autres montagnes de sable fin et blanc, bien attachées à l'avant. Le paysage est magnifique, avec Ica et la Laguna au loin.



L’expérience ne s’arrête pas là puisque ces "habitants du désert" ont inventé (ou "réinventé") le Ponçage, qui consiste à descendre avec une table par des dunes verticales en dessous prenant une vitesse diabolique. Divertisme!




INCISO: Fini le "Neige" fait le JOUR 17 du VOYAGE À ANTARTIDE 2009 là où nous n’avions pas besoin de planche, hahaha, même si ici on atteint beaucoup plus de vitesse et c’est plus amusant



Il coucher de soleil Comme nous l'avions imaginé, c'est magnifique. Le buggie reprend sa vitesse vers l'ouest pour atteindre le meilleur emplacement pour le voir



Le soleil cède peu à peu la place à un ciel orange et la température commence à tomber. Nous sommes confrontés à une belle carte postale à laquelle nous pensons participer.


Nous rentrons au lagon où nous achetons de l'eau (1,50 PEN), des souvenirs (4 PEN), nous dînons (33,50 PEN) et nous reposons d'une longue journée d'émotions et d'aventures. Une journée très excitante mais qui nous a apporté beaucoup plus que prévu. Sans doute, un de ces jours qui fait connaître à un voyageur la raison qui le pousse à quitter son domicile et à vivre des expériences particulières.

En ce moment, nous vous écrivons depuis le bus qui nous emmène d’Ica à Nazca, la Cruz del Sur, en 2 heures de voyage, puisque le 3ème jour n’a pas eu une minute de pause. Famille et amis, nous sommes géniaux. Nous mangeons bien et jouissons en tant que nains. Ah !!! FÉLICITATIONS AUX MAMANS !!! (bien que tard).

De la belle lagune de Huacachina ...


Paula et Isaac, de l'Oásis de Huacachina (Pérou)

FRAIS DU JOUR: 219 PEN (environ 60,16 EUROS) et CADEAUX: 11 PEN - environ 3,02 EUROS

Vkontakte
Pinterest